La nouvelle fortune française

Patrick Drahi, président d’Altice, au gala Scopus, le 18 mars. © Baptiste Giroudon

Portrait du mystérieux entrepreneur des télécoms, désormais détenteur de SFR et d’un groupe de presse.

Il est désormais plus riche que Serge Dassaul[1]t, François Pinault[2], Xavier Niel, Vincent Bolloré[3], ou Martin Bouygues. Patrick Drahi est la 3e fortune française et la 57e mondiale, selon le classement Forbes, passant de 6 à 16 milliards de dollars en un an. Une année pendant laquelle le président franco-israélien d’Altice a arraché – contre Martin Bouygues et le gouvernement français – l’opérateur SFR (pour 13,36 milliards d’euros), puis Portugal Telecom (pour 7,4 milliards), et a créé son groupe de médias en rachetant « Libération » et « L’Express ». Cet entrepreneur de 51 ans a changé de statut. Personne, à part Xavier Niel, ne se risque plus à critiquer la résidence fiscale suisse de Patrick Drahi sans requérir l’anonymat. Et ses « admirateurs » se bousculent aux dîners caritatifs auxquels il participe. Le 18 mars, à la Maison de la mutualité à Paris, Drahi est couvert de louanges pour ses dons au laboratoire de recherches sur le cerveau de l’université hébraïque de Jérusalem. « J’ai l’impression d’être à ma bar-mitsva », lance-t-il, sous les rires de son auditoire. La vedette de la soirée investit depuis cinq ans en Israël, « berceau de la culture occidentale », dit-il, avec l’opérateur Hot et la chaîne de télé i24news.

L’enthousiasme de cette assemblée rompt avec l’âpreté de la bataille pour SFR. Et donne l’occasion à Patrick Drahi d’expliquer sa discrétion : « En rentrant en France, j’ai découvert que lorsqu’on réussissait, il valait mieux se taire. » Cet X-Télécoms, fils de professeurs de maths, se définit comme « l’héritier d’une culture, plus important que d’hériter du cash ». Il a construit son groupe, entré en Bourse l’an dernier en réunissant les câblo-­opérateurs français. Le professeur ­Dominique Roux (Dauphine) a connu Drahi en 2000 : « Il a eu un coup d’avance avec le câble, et a réussi grâce à des montages financiers astucieux. » Son recours massif à l’endettement, ses méthodes et son cynisme font tousser. « Ils ne sont pas nombreux en France à être capables de jouer comme lui avec les marchés. C’est pourtant de cette manière que les grandes fortunes américaines se sont bâties, confie l’ancien patron de Neuf ­Telecom, Jacques Veyrat, camarade de promotion à Polytechnique. Il applique toujours les mêmes idées. Il s’appuie sur des fidèles, rachète, puis sabre dans les dépenses. » Comme chez SFR, où une cinquantaine des plus gros salaires sont partis et où fournisseurs et sous-traitants se plaignent, parfois devant la justice, du non-respect des contrats. « Nous avons la culture de la gestion saine, se défend ­Patrice Giami, directeur des opérations ­internationales. Chez SFR, 120 personnes pouvaient engager plus de 100 000 euros. Aujourd’hui, ils ne sont que trois à signer pour plus de 10 000 euros. Trop de salariés, à qui on imposait des prestataires, ne savaient plus coder. Nous réinternalisons les compétences. »

Son « commando » d’une dizaine d’hommes lui voue une loyauté sans faille

Provocateur, Drahi se joue des codes. Aux réunions, il préfère les discussions sur WhatsApp et au café. Il n’a ni secrétariat personnel ni chauffeur. En apparence, car un familier raconte qu’à Paris, il s’est longtemps attaché les services du même taxi… Son « commando » d’une dizaine d’hommes lui voue une loyauté sans faille. Patrice Giami : « Il a un instinct énorme renforcé par son raisonnement. » Bernard Mourad, son banquier chez Morgan Stanley avant de présider Altice Media Group : « Patrick ne prend en compte aucune barrière d’âge ou de classe. C’est une machine intellectuelle exigeante. » Tous soulignent ses liens forts avec Lina, sa femme, et leurs quatre enfants. Malgré les critiques, la famille continue à vivre en Suisse et à y payer ses impôts.

Ira-t-il plus loin ? « On ne s’interdit rien, assure Bernard Mourad. Nous croyons à une convergence entre télécoms et médias, ce n’est pas une danseuse, c’est une démarche de long terme. » Un avis controversé. D’autres y voient un instrument de pouvoir. Le prochain combat de Drahi, selon beaucoup ? Bouygues ­Telecom. Sans pour autant s’allier avec Xavier Niel, l’autre entrepreneur des télécoms, qui a juré, en 2011 après un conflit en Israël, de ne plus lui parler pendant dix ans. Une promesse tenue, bien que les concurrents habitent la même rue du XVIe arrondissement. Et puis, pronostique Jacques Veyrat, « même avec une offre très élevée, je ne parierais pas que Martin Bouygues vendra ».

References

  1. ^ Serge Dassaul (www.parismatch.com)
  2. ^ François Pinault (www.parismatch.com)
  3. ^ Vincent Bolloré (www.parismatch.com)

Un article Par TheTrendorialst

Cinq infos sur… Kate Winslet (The Reader sur France 3)

©Arthur Mola/AP/SIPA

Kate Winslet[1], pas plus que de poser nue pour des photos. Un cliché de son postérieur a même été vendu aux enchères pour l’association charitative Pain4Poverty. L’argent recueilli a permis de faire avancer divers projets en Roumanie, en Inde ou encore au Népal.

3) DiCaprio fait partie de sa famille
Du tournage de Titanic, elle a gardé une amitié profonde et sincère pour Leonardo DiCaprio[2]. D’ailleurs, les trois enfants de Kate Winslet l’appellent Oncle Leo. Elle ne quitte jamais la bague en or que le héros du Loup de Wall Street[3] lui a offerte pour sceller leur amitié. Elle la porte au même doigt que son alliance.

 4) Elle refuse les régimes
Contrairement aux stars américaines qui surveillent leur ligne comme le lait sur le feu, Kate Winslet refuse de se priver pour un rôle. Elle a toujours eu des formes généreuses et assumées, même si ses copains de collège la surnommaient « Gras double ». Aujourd’hui, on l’appelle plutôt English Rose (la rose d’Angleterre) et elle milite contre l’anorexie.

5) Elle a failli incarner Bridget Jones
Elle était pressentie pour le rôle, a passé tous les essais quand on a finalement trouvé qu’elle était trop jeune pour faire une Bridget crédible. A l’inverse, c’est parce que Gwyneth Paltrow[4] n’a pas été retenue qu’elle a décroché le rôle de Rose dans Titanic.

Dernières news Cinéma

Un article Par TheTrendorialst

Selon Paris-Match, personne, à part Xavier Niel, ne critique plus l

‹ì}[v9’è·´ 4ÝcÊÝL&I‘©—¯,É.O˲ÛR¹_§�˜ ’°“™YùÐÃÕµ‰ZÁüÏfw õw[ó1_³€@¾È¤D½lU»»ìd&�@ °ù›½·»Çy·ÏÆÑÄaï¾qðz—UÓüÓê®iîï±?wüæ€5ë vp7”‘ô\î˜æþae™ÁŸÊ8ŠüuÓ<;;«Ÿ­Ö½`d¿7Ï^èG#ÊÕ®Û‘]Ù^Þ$¤çÇ ·JÀ4ûý¾ª eÛnoNúk3’‘#¶Ù‘p<—½ã��7<²Æ5æ‹ ô\WÔØ/ÌçAÄþÌO¥Ø¡N�¹‚YPòC,˜ïÄ!s~çÒaCZÜa¶`Q ­Ol/àcÉ*!PÎñC|ÈJs×s/&<ªlšŠEÏDDœ¹|”¶*¶…�­­0Ës#áF[•=„»(’–#�´˜Y‚}ôâ€Ùø1× ÂˆGq4KgÖ˜»£KøâÇ2d?Ä?ý”Ä¢§Â�™ÃÙª`C/ˆbhíXÿÿ¸~ê¬11OÝAèo¬ÔëõgS5!åmògsÀ¡Ö8ÃBÅ®µ’§§¯^„�¿NþØ=÷÷ÎûsIAu¤û DÅÙª„c྽’-ÅCs‚¿ëðÕÂJKK¹j܉Dàò¸„¼‚¾ïH‹£(™Aþ†|B±Ûª|¯úáeÖÌ`Ç^ æT¹ÅÜ‘ÑSÁ�±�b„%QBÎt¥šz÷ÆHGÔ’·ìø<WƒZ!Ka8É  Ð@ W “áZ^ @šXe!�pë“píº?öSNäÙ]8″%Œ Y±Â°Â&–ŠX.c-|2©VžžŸnµÒ®¾+TnY±�νÃ�xvÕòp—6•âÈCùÈO¹z[aa`Aå�¡ëÃÊö¦©¾hŠ~c“CæDìõ>[«ÿ=á«j‹!hÁë@ûîh(ÏKÁÿ zLÿnÛËËyÀå ¥b{V<�QU·½ —îVeV* ^_a�úñÀ‘áØ°il¤ã´ÕhvŒÆªÑZc�Æújc½³ |Ì4Ñ�û^éê+úÞÂéF¨³˜Ük€f«ßí4Mš¼ŒœÚ7’¹ËàN]†šºœºx›Ì\:Ã1pæ2ÔÌeØÂÐó„Aó„�—�(¸ §WªY¯í¿3éÚÞYý$âσ¹ckæÍ?þÁþöwì¾äMÝ�ÃñÊ�º¡ëUG^õ§gXä7ÃصP•±P6ËŸ±‰Qçá…küæ†~ ?cõsXn@�z¶¨K7AôBÀ’ÿi%4èG“}G௕ªjOõYm9’Œ#éá‹‹c>:1ËŠþ­ñw,]Õ�iÙn=iö¢#Q`™ñÀ�0Š=m:‡×0†ª@Z*Õ(“›fbÇl<ûB÷ƒ-O™´A%Hw2nÒ·XC•l’N¿õ”Wƒ¾ñEäƶœŒ†ã�¼døË ‰ÐÄWuÐóQ:Ï$³êž#ÆjrÄQg9<³nÀ]W”ƒ4¥Œ†¡’5¦§‘»ÈÑ8ÚÐm ª-ßC’¿„Y)TT™ (?“Vý£Ô�I;oUÖ:m|áÀ�Õ‰ÃX Ö}Oò`£’…0¨`Ž>ÓM̆„jÍrÊb�`_Ù i? Xã *l (�hìÁûj,`…ÂP…äã$ö…NyÞ5ˆ“‡ô ‹x¶*’ˆP+¾)H€riSº~œŒÚ±´mTZÚò$*í”;1üžÓûævöFá`Ÿü« PŒüÜî™ÜêtR¨Óõ©ƒ´iJHŽ£ìì­‚e©þ(Œ!O¿ÖXø_Ú‰GØ:¨.±1�·Øv<ºcnÖü”Ë£&J@”P�sL8�~«Ó_m´:ÍÎZ·u5Li§T5¯.,EZòõÑÛľ²Š·@•²–LµÜ¦`^í¯?i4z�FcãÕÁzscïõ‡õ’««Ýn¿¿ñá`w½Û]]…Ç�ïÖ-AãëÅ«Ýõ—ôgãŸuÙ(@ø:}:¦ýòð8yùêõ›wÉóË·ï_ïÖ7bì¤mʦ2qŒNWÕ©é®Jâ[�3@=Ï{”¬¥ìço«80Ÿò‰¿áÀªlkT†Sª7c’µRŸhk³²½£ìÌT¹nšI¹Ò §Ò^h¢\GÂh’›Ív} /ÂÑÃÈN¡f¢é�?,X[³OJ§™—øeQZrÌG ŸaÌÃÑ?n¦Äû(âs#™¨+Ûÿ?“™mAøïoðÉDºžqü íŠݓûÙ%Ü4Q ÓeñG2» ~ƒÙ¤”}n6M&.�xaÈ¡�³Ê©À¹ÖøA•{¨ŽÚÉhH~¥Sªè«ù£—%&Pqb¿_à2í9öÀÌ®„K©å­ L êžñh«âzÙ¤Üêe“r¿�Fƒ¢r[5š•±` —0{f 6�9hé»`ä‚ɘHÃåÕ„²éJÒ .r>¢Q|Q¶È¹À3°;ƒ >Ý#è31ˆÀòü$£z8æÍ{„œ²È”¿@5ËÀª%t.å„lLé–Ù´ôÁ˜±lA{ûÜUÆÊ„åõ~Ë[Á×*¬¤ÄGGN‚ˆ‘#´µ�ªª@ ®0v§hNì3m&6ßßň’©Pg&_(˜|=7Œ ¿a ƒAœ”ÕZy¶kÏ(`Pp’+¬PйDÏŒ°%õh—Y{PVrâÍÅÕ1La’ìG’5ò¯”UØ즖ÙV9Ñ:sÄ0ÚK1P,{o²ÎþyúŽüõ5|3„u»1äé\¬³�@rG¿Càë¬ïãB`ÓŠs´óÔž÷0矠Ù@ë&½€\cÚ<¼ºÇSþQo¿•Êþ î|{f!Ý¡VŠ% ÷ª¶¤=DßüPĶGÓöÎâ[‚ryï0É‹Þ;؉C^óOÔü±öÐKé.`9©²lÇ~áxÖ’fÃ0Rn9,°ˆú;4¹ /#’ƒmʸÎë¸ôÛåd|VG?ÚJâ4\AgáÒ’²•ß®TŸp;<�?ÌÖU(H^ ¶µÅªTZ,1¦³BÛi™¥©hWÃèÇO?-O}6¸=@nA1ô©bP =›K¹ÆMñI½RåV6Šºž1 AÕ~ðâ�q9ŸÙ”7Ž=gG¸åãŠÏ†ëÑN³“}š�VÜ�’¾®/¼LJÕÍf³aî $VC2Â804-FêÜuÐ;ýÙ�–d>îk5!?Åez¬Õ4K2›8Ú¦Zí㜕-Rf(j Ê>ïfD–‹�î}%Åb©“HF�Pe<„‘+[Â׸Oçm³åV}éÐœ¦Aí^dXó<ÐÅ4CO¦h›.„{!’‘gó‹«´qnÇamÕ<òÜE�\¢ e8¦¥Xí*`?j3°²ÍZ]³±z�>š&J38±hRƒ¥ óQ©Ù6EûTCîÜŒ„’ m=®®®‚IÁKàæ(,ÚùMÑE?M”itÝü õ ®ê‘¤Œù”§`YµúfeûEðOx.ÁVf¹ÌÐ0¿‡ ?¾œ¤µÌ=`®çJ°IUŠó84Þ�æCâÚ�’m£c4 …8¼¸Ò¡¢‰We”]i´ÿð˜%ñ>›9GR3j1BÀ‚ÓX§ÞdT6™”kÿ!òñMªo#ÕÝ5óí¦�P­Ëx8àhÙùžŠmB-D;³¡œø(ˆ/>†5†Y‘ôRH{¾ ¥äˆÞ#–îiî)WˆX‚ˆ­³ÿdœå�¡‚¦P…Œ…‚)d‘)•ý_ßDü®”Þ5_;Æ…ÁA|âs#Ú-CDj–CÎ�>}=Š»±h¡kê1Ëð­Ú3GH_;ì‚q†�@ª±v‹]Fd?\”¨KQg‹åa±ß|Ä[Y “ô‡Ã]þÝã¸É5á®�?`qo�WÜáçÆQú”þ†¥¯ÁO…eÄ®�A…#½á–£�XL¢µs„˜%áa¨hýà2Å£–l [vÔÅ ?üðÔ”ÂÖÑR¶‡â,4q_þUÄ»Û1§ì?5]rt^EØ�N¼£À 1ÄP^–�‡‚ø¡€Ø°Î•!-}ä),bBÏ}Äþ0í½BÄsv/$ôœ!.”à(øgÈS¸X†‹…}‰¸@ѳ’î*ç«3ýî#îÊDPbܲ„ �CnIŽ”A^œÐ8YÈÅ?‡†tȃyˆîÒÇ+éÔâ…e=ņʰ]6–ac¿0…�6–ÇöMØï*ì-3çz2E„G8Bœ¹-î8“w¨ÁRß|Hžø`èZL‹«@`‘< EBº�Ù~yè–_e˨¢,ÁÉp•V:»Ðm°Cï^†—

Un article Par TheTrendorialst

Crash de l'A320 : le copilote Andreas Lubitz “était bien dépressif”

Europe 1

© CAPTURE D’ECRAN FACEBOOK

Jeudi, le patron de la Lufthansa, Carsen Spohr, affirmait devant la presse qu’Andreas Lubitz[1], le copilote de l’A320[2], considéré comme responsable du crash de l’avion[3], avait passé et réussi “tous les tests psychologiques”. Avant de toutefois révéler que le jeune homme avait interrompu sa formation de pilote durant plusieurs mois, sans expliquer pourquoi. Le tabloïd allemand Bild a révèlé vendredi que cette “pause” était due un état de dépression grave.

Des soins psychiatriques lors de sa formation. Andreas Lubitz a été placé en établissement psychiatrique, il y a six ans, lors de sa formation de pilote. C’est ce que révèle le dossier médical du copilote, selon le Bild. En 2009, Victime d’attaques de peur et de crises de panique, il ne peut alors plus suivre son apprentissage. Pendant sa formation, Andreas avait été jugé à plusieurs reprises comme incapable de voler car trop faible psychologiquement.

Un pilote sous contrôles réguliers. Mais Andreas Lubitz a finalement réussi à obtenir sa licence de pilote. Un document qui comporte dans son cas une mention bien particulière. Il s’agit de trois lettres : SIC, qui signifie que le pilote peut voler mais doit cependant faire l’objet de contrôles médicaux spéciaux très réguliers. Il s’agit d’une recommandation de l’office allemand de l’aviation civile. Le centre médical de Lufthansa a d’ores et déjà confirmé cette information que Carsten Spohr, patron de la compagnie, avait refusé de commente[4]r la veille, estimant qu’Andreas Lubitz était “100% apte à voler”.

Une interruption de sa formation pour “burn-out”. C’est le quotidien allemand Der Spiegel qui avait soulevé l’hypothèse en premier. Le quotidien d’outre-Rhin, évoquait une pause en raison d’un burn-out lors de sa formation, survenue en 2009, en pleine formation à l’école de pilotage, le jeune Allemand avait demandé à faire une pause de son apprentissage en raison d’un “burn-out”, avancait le quotidien d’outre-Rhin. Matthias Gebauer, journaliste pour Der Spiegel, a expliqué sur Twitter avoir contacté des amis d’Andreas Lubitz. Ces derniers ont confirmé que le copilote avait fait un burn-out ou une dépression en 2009. C’est précisément pour cette raison qu’il aurait interrompu sa formation.

“Oui, il était bien dépressif”. C’est ce qu’a confirmé un proche du copilote à l’envoyé spécial d’Europe 1 dans son village natal, Montabaur. “Ici on sait que l’année dernière il avait fait une dépression. Mais je ne connais pas la raison exacte. Je sais juste qu’il s’est passé quelque chose et qu’il a été suspendu”, témoigne David, un proche d’Andreas Lubitz. “À un moment donné, il a reçu la nouvelle comme quoi, puisqu’il était dépressif, il ne pouvait pas voler, il ne pouvait pas exercer son métier”, a-t-il ajouté avant de conclure : “Oui, il était bien dépressif et c’était même connu ici, dans son village”.

Le patron de la Lufthansa confirme la pause… Mais pas la dépression. En conférence de presse, Carsten Spohr, patron de la compagnie Lufthansa, maison-mère de Germanwings, a confirmé cette pause dans la formation du copilote allemand. Mais il a expliqué ne pas en connaître les raisons. Pour lui, Andreas Lubitz était “100% apte à voler”, précisant que la compagnie aérienne veillait aussi, en plus des “connaissances cognitives et techniques”, sur la “capacité psychologique des candidats à prendre les commandes d’un avion”. Mais sur l’aspect dépressif du copilote de l’Airbus A320, la Lufthansa n’a pas souhaité apporter sa confirmation : “aucun commentaire”, a répondu la maison-mère de la compagnie low-cost.

Le témoignage de la mère d’une camarade de classe d’Andreas Lubitz. Un autre témoignage vient corroborer les propos des amis du copilote. C’est celui de la mère d’une ancienne camarade de classe d’Andreas Lubitz. Elle s’est confiée dans le Frankfurter Allgemeine Zeitung[5] un autre journal allemand. Si elle décrit le copilote comme “un gentil garçon venant d’une bonne famille”, elle explique qu’il y a quelques années, il avait confié à sa fille avoir fait une pause dans sa formation. “Apparemment, il était en burn-out, en dépression”, soutient-elle.

>> LIRE AUSSI – Crash de l’A320 : ce que l’on sait du copilote Andreas Lubitz[6]

>> LIRE AUSSI – Crash de l’A320 : le copilote a voulu “détruire” l’avion[7]

>> LIRE AUSSI – Crash de l’A320 : que s’est-il passé dans le cockpit ?[8]

Un article Par TheTrendorialst

Galaxy S6 : les précommandes sont ouvertes, les prix officialisés

Galaxy S6 : les précommandes sont ouvertes, les prix officialisés

Les Galaxy S6[1] seront officiellement disponibles le 10 avril, mais le bal des précommandes ouvre aujourd’hui et c’est une valse à trois temps. Il est possible de précommander le smartphone chez les opérateurs, chez les revendeurs et, pour la première fois, chez Samsung directement[2].

Par la même occasion, Samsung officialise les prix de son smartphone. Alors que l’on s’attendait à le voir à 699 euros, juste sous l’iPhone 6[3], la marque assume sa montée en gamme et le positionne au même tarif que son concurrent pommé, mais avec 32 Go de stockage et non 16. La version Edge[4] est quant à elle affichée à 859 euros, là encore avec 32 Go.

Forfaits à 89 euros 

Chez les opérateurs, il faudra voir au cas par cas, en fonction du forfait et des points de fidélités accumulés. Orange l’affiche par exemple à 199 euros (dont ODR de 100 euros) avec un abonnement à 89 euros pendant 24 mois. Comptez 281 euros chez Bouygues et à 249 euros chez SFR avec un forfait à 89 euros dans les deux cas et après ODR également.

Pour toute précommande et jusqu’au 9 avril, Samsung offre également une base de rechargement sans-fil, il faudra retourner un coupon à Samsung pour en profiter. Remarquons qu’il n’y a que des versions 32 Go en stock. Le Edge est disponible en revanche avec 64 Go (959 euros), pas de version 128 Go à l’horizon. 

A lire aussi : 

 [5]

Rejoignez la conversation

References

  1. ^ Galaxy S6 (www.cnetfrance.fr)
  2. ^ chez Samsung directement (www.samsung.com)
  3. ^ iPhone 6 (www.cnetfrance.fr)
  4. ^ version Edge (www.cnetfrance.fr)
  5. ^   (www.cnetfrance.fr)

Un article Par TheTrendorialst

Les films à la télé du jeudi 26 mars : The Reader, La-Baule-les-Pins

Kate Winslet bouleversante dans le rôle qui lui valut l’Oscar de la meilleure actrice, les amours d’été filmés par Diane Kurys et l’indépassable classique de la comédie musicale signé Jacques Demy. Entre légèreté et gravité, le programme des films à la télévision ce soir balaie en offre pour tous les goûts.

The Reader[1] de Stephen Daldry[2]

 

Allemagne de l’Ouest, au lendemain de la seconde guerre mondiale. Un adolescent, Michael Berg, fait par hasard la connaissance de Hanna, une femme de trente-cinq ans dont il devient l’amant. Commence alors une liaison secrète et passionnelle. Pendant plusieurs mois, Michael rejoint Hanna chez elle tous les jours, et l’un de leurs jeux consiste à ce qu’il lui fasse la lecture. Il découvre peu à peu le plaisir qu’elle éprouve lors de ce rituel tandis qu’il lui lit L’Odyssée, Huckleberry Finn et La Dame au petit chien. Hanna reste pourtant mystérieuse et imprévisible. Un jour, elle disparaît, laissant Michael le coeur brisé. Huit ans plus tard, devenu étudiant en droit, Michael assiste aux procès des crimes de guerre Nazi. Il retrouve Hanna… sur le banc des accusés. Peu à peu, le passé secret de Hanna est dévoilé au grand jour.

En 2008, le réalisateur de Billy Elliot[3] s’attaque à l’adaptation du roman Le liseur de Bernhard Schlink. Récit de l’histoire d’une femme mystérieuse qui se retrouve accusée de participation au système du régime nazi, The Reader est un vrai mélodrame où se déchaînent les passions, porté par une Kate Winslet[4] impressionnante en femme rongée par la honte et les secrets. Principale attraction du film, l’actrice a reçu une multitude de récompenses pour son interprétation, couronnée par un carton plein BAFTA/Golden Globe/Oscar de la meilleure actrice. Le film fut nommé en tout cinq fois aux Oscars puisqu’en plus de la statuette de Kate Winslet, The Reader était en lice pour celles du meilleur film, du meilleur réalisateur, du meilleur scénario adapté et de la meilleure photographie.

The Reader est diffusé ce soir à 20h50 sur France 3.

La-Baule-les-Pins[5] de Diane Kurys[6]

 

Juillet 1958. Léna et Michel ont décidé de se séparer depuis longtemps déjà. Léna rejoint ses deux filles parties à la Baule avec Odette, la bonne, dans la villa qu’ils ont louée. Tout se passe tranquillement jusqu’à l’arrivée de leur père.Léna est amoureuse de Jean-Claude, un artiste. Léna et Michel se battent. Michel disparaît pendant une semaine. Quand il revient, Léna lui demande de partir avant le réveil des enfants. Michel tente de convaincre Léna, en vain. A la rentrée, les enfants ne retourneront pas à Lyon.

Modèle de la petite comédie estivale, La-Baule-les-Pins est le cinquième film de Diane Kurys. Mettant en valeur les plages de l’Atlantique, le film orchestre un ballet amoureux et adultérin sur fond de légèreté des amours de vacances et de crise de la quarantaine. Regroupant un casting prestigieux où l’on retrouve notamment Nathalie Baye[7], Richard Berry[8], Zabou Breitman[9], Jean-Pierre Bacri[10] et Vincent Lindon[11], la réalisatrice offre un film idéal pour se languir des beaux jours et qui réunit à sa sortie en 1990 plus de 700.000 spectateurs en salles.

La Baule-les-Pins est diffusé ce soir à 20h45 sur Numéro 23.

Les parapluies de Cherbourg[12] de Jacques Demy[13]

 

Séparée par la guerre d’Algérie de son ami alors qu’elle était enceinte, une jeune femme en épouse un autre.

Aux côtés des Demoiselles de Rochefort[14], Les parapluies de Cherbourg constitue l’autre pilier incontournable de la filmographie musicale de Jacques Demy. Hommage à la tradition du cinéma français de Jean Renoir[15] ou Max Ophüls[16] et à la comédie américaine, le film réussit le prodige de traiter de la gravité du contexte économique et social de l’époque (il est l’un des premiers à évoquer notamment la guerre d’Algérie) avec une légèreté formelle dans un monde coloré où tout le monde chante. Le film permettra par ailleurs de propulser son actrice principale au rang de superstar du septième art, dont elle n’est pas redescendue depuis un demi-siècle : Catherine Deneuve[17]. Couronné par le prix Louis-Delluc en 1963 et par le Grand Prix du Festival de Cannes 1964 (l’équivalent de la Palme d’Or à l’époque), Les parapluies de Cherbourg sont un monument du cinéma français, dont la postérité sur les écrans et les planches a dépassé les frontières et reste rarement égalé.

Les parapluies de Cherbourg est diffusé ce soir à 20h40 sur OCS Géants.

References

  1. ^ The Reader (www.premiere.fr)
  2. ^ Stephen Daldry (www.premiere.fr)
  3. ^ Billy Elliot (www.premiere.fr)
  4. ^ Kate Winslet (www.premiere.fr)
  5. ^ La-Baule-les-Pins (www.premiere.fr)
  6. ^ Diane Kurys (www.premiere.fr)
  7. ^ Nathalie Baye (www.premiere.fr)
  8. ^ Richard Berry (www.premiere.fr)
  9. ^ Zabou Breitman (www.premiere.fr)
  10. ^ Jean-Pierre Bacri (www.premiere.fr)
  11. ^ Vincent Lindon (www.premiere.fr)
  12. ^ Les parapluies de Cherbourg (www.premiere.fr)
  13. ^ Jacques Demy (www.premiere.fr)
  14. ^ Demoiselles de Rochefort (www.premiere.fr)
  15. ^ Jean Renoir (www.premiere.fr)
  16. ^ Max Ophüls (www.premiere.fr)
  17. ^ Catherine Deneuve (www.premiere.fr)

Un article Par TheTrendorialst

Changement heure 2015 : l'heure d'été, c'est pour quand

Dans la nuit de samedi à dimanche, nous allons passer à l’heure d’été. Date du changement d’heure, sens des aiguilles à respecter, conséquences sur le lever et le coucher du soleil… Linternaute.com vous donne le mode d’emploi du changement d’heure.

[Mis à jour le 26/03/2015 à 21h28] Horloges, smartphones, coucous et montres… N’oubliez pas de les régler ce week-end ! Ce jeudi soir, il ne reste plus que quelques tours d’horloge avant le 40e passage à l’heure d’été, qui est également le premier changement d’heure 2015[1]. Quand a-t-il lieu exactement ? Dans la nuit de samedi 28 mars à dimanche 29 mars, répond le ministère de l’Ecologie, chargé de ces questions. Comme le précise la traditionnelle formule : dimanche, à 2 heures du matin, il sera 3 heures. Samedi soir ou dimanche matin, il faudra donc avancer les aiguilles de soixante minutes. Conséquence : nous allons perdre une heure de sommeil. Les amateurs de dîner sur les terrasses ou ceux qui sortent du travail un peu tard seront néanmoins très heureux de ce décalage. Car nous allons désormais bénéficier d’une heure de soleil supplémentaire en soirée. Par exemple, à Paris, le coucher du soleil[2] sera repoussé de 19h15 à 20h17 (les 2 minutes sont attibuées à l’allongement naturel du jour). Traditionnellement, c’est en effet les derniers week-ends de mars et d’octobre que s’effectuent ces transitions dans l’ensemble de l’Europe.

Et pourquoi devons-nous exécuter cette étrange manip’ ? Pour faire des économies d’énergies, assurent les tenants du changement d’heure. En effet, si la lumière du jour concorde mieux avec les heures d’activité humaine maximales, le coût en chauffage ou en électricité recule. Concrètement, on allume moins les lampes s’il fait jour de 20 heures à 21 heures que s’il fait jour de 5 heures à 6 heures du matin. Selon l’ADEME[3] (l’agence de conseil de l’Etat spécialisée dans les questions d’énergie), le changement d’heure permet d’économiser chaque année l’équivalent en électricité de la consommation d’une ville de 800 000 ménages. Il permet également de réduire les pointes de consommation d’électricité en début de soirée, qui est traditionnellement le moment où les installations (centrales, réseaux…) sont le plus sollicitées. Un chiffre vigoureusement contesté par l’Association Contre l’Heure d’Eté double (ACHED). Pour ce groupement de mécontents, qui réunit scientifiques et profanes, le passage aux ampoules basse consommation et la généralisation de la climatisation rendent caduc ce raisonnement inventé à l’époque du “tout pétrole”. 

Comment le changement d’heure s’est-il imposé ?

Le changement d’heure a été imaginé au XIXe siècle par un scientifique néo-zélandais, Georges Vernon Hudson, avant d’être appliquée pour la première fois pendant la Première guerre mondiale. D’abord en Allemagne et en Autriche-Hongrie, avant de gagner la France et la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. La mesure abandonné à la fin du conflit avant d’être rétablie entre 1940 et 1945. L’heure d’été a été “ressuscitée” pendant la crise pétrolière au milieu des années 1970. Au moment où l’on entend le fameux slogan “on n’a pas de pétrole, mais on a des idées” sur les ondes, le président de la République Valéry Giscard d’Estaing et le Premier ministre Jacques Chirac autorisent une première transition – en mars 1976 – semant la confusion chez les frontaliers. A l’époque, la Suisse ou la Belgique ne pratiquent pas ce saut sur leurs horloges et la circulation des trains et des avions en est perturbée. Depuis, l’ensemble des pays de l’Union européenne ont harmonisé les dates des changements d’heure[4]. De quoi graver ce cérémonial dans le marbre pour pas mal d’années…

Une mesure qui ne fait pas l’unanimité

Selon un sondage OpinionWay pour “Comprendre Choisir”, 19 % seulement des Français sont favorables au changement d’heure. D’autant que des questions se posent sur son impact sur la santé publique. Ses détracteurs l’accusent de provoquer perturbations du sommeil, dépressions ou de troubles cardiaques. Les études sur ce point demeurent pour l’instant contradictoires. Plus effrayant encore : le recul de la luminosité en automne serait responsable d’accidents de voiture impliquant des piétons. Ces chiffres sont là aussi sujets à caution. En attendant plus de preuves scientifiques, le retour à l’heure d’hiver (G.M.T. +1) est programmé pour le dernier week-end d’octobre 2015.

References

  1. ^ changement d’heure 2015 (www.linternaute.com)
  2. ^ coucher du soleil (www.linternaute.com)
  3. ^ ADEME (www.ademe.fr)
  4. ^ dates des changements d’heure (www.linternaute.com)

Un article Par TheTrendorialst

Les précommandes pour les Samsung Galaxy S6 et S6 Edge ont

Si nous avons pu commencer les tests des nouveaux fleurons de Samsung, les Galaxy S6 et S6 Edge, ils ne seront disponibles à l’achat qu’à partir du 10 avril. Néanmoins il est d’ores et déjà possible de les précommander sur la grande majorité des sites marchands, Samsung offrant pour l’occasion un chargeur à induction à ceux qui le feront.
 

Nos tests complets des Samsung Galaxy S6 et S6 Edge seront publiés la semaine prochaine. Nous vous avons déjà livré nos résultats concernant leurs écrans, qui sont excellents. Si vous tenez à être parmi les premiers possesseurs des nouveaux fers de lance du groupe coréen, la précommande est une option incontournable. Pour l’heure, aucun site marchand ne s’aventure à une quelconque baisse de prix : le Galaxy S6 s’affiche à partir de 709 €, quand le Galaxy S6 Edge voit son prix fixé à partir de 859 €.

La bonne nouvelle, c’est que Samsung met en place une offre spéciale destinée aux acheteurs qui précommanderont les terminaux[2] : un chargeur à induction leur sera offert. Un accessoire vendu habituellement 49 €, ce qui est toujours bon à prendre. Cette offre est valable pour toute précommande passée entre le 26 mars et le 9 avril 2015. Il faudra présenter une preuve de celle-ci ainsi qu’une preuve d’achat datant du 18 avril au plus tard. Tous les modèles de Galaxy S6 et S6 Edge sont éligibles, ainsi que tous les revendeurs.

[1]

Un article Par TheTrendorialst

TV : ce soir, on regarde The Reader pour la performance de Kate

Quel programme choisir ce soir à la télé ? Le film « The Reader », un documentaire sur les trente années de combat contre le sida  ou le film « OSS 117, Le Caire nid d’espions » : voilà ce que l’on vous conseille.

« The Reader », réalisé par Stephen Daldry, à 20h50 sur France 3

En Allemagne de l’Ouest, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un adolescent, rencontre une femme de 35 ans dont il devient l’amant. Pendant plusieurs mois, il lui fait la lecture. Cependant, un jour elle disparaît. Huit ans plus tard, devenu étudiant en droit, Michael assiste aux procès des crimes de guerre nazis. Il reconnaît Hanna sur le banc des accusés. Kate Winslet[1] a raflé l’oscar de la meilleure actrice pour sa performance dans ce film complexe et émouvant tiré d’un livre de Bernhard Schlink.

« Sida, la guerre de 30 ans », réalisé par Frédéric Biamonti, à 23h50 sur France 3

En 1983, des chercheurs de l’Institut Pasteur isolent les rétrovirus humains HIV-1 et HIV-2, responsables du sida. En France, le nombre de malades passe de 48 en 1982 à 16 000 en 1990. Le documentaire donne la parole à des médecins, des responsables d’associations (comme AIDES ou Act Up) et l’ancienne ministre de la Santé, Michèle Barzach. Un documentaire à ne pas rater.

« OSS 117, le Caire nid d’espions », réalisé par Michel Hazanavicius, à 20h50 sur 6ter

René Coty, envoie son espion Hubert Bonisseur de la Bath, dit OSS 117, en Egypte en 1955. Le Caire est un véritable nid d’espions. Tout le monde se méfie de tout le monde : Anglais, Français, Soviétiques, la famille du roi déchu Farouk qui veut retrouver son trône, les Aigles de Kheops, secte religieuse qui veut prendre le pouvoir. Tiré à quatre épingles et gominé à souhait, Jean Dujardin est délicieusement odieux et sûr de lui. Un hommage aux films d’espionnage des années 50, avec des dialogues de Jean-François Halin, auteur historique des premières années des « Guignols » sur Canal Plus.

References

  1. ^ Kate Winslet (www.elle.fr)

Un article Par TheTrendorialst

Un pilote hors du cockpit avant l'écrasement en France, selon le

Point de presse du procureur de la République de Marseille

EN DIRECT – Un pilote a quitté le cockpit de l’Airbus A320 qui s’est écrasé mardi dans les Alpes et n’a pas pu y retourner avant l’écrasement, selon un responsable militaire cité par le New York Times.

Ce responsable, qui participe à l’enquête française, a eu accès aux enregistrements de la cabine de pilotage récupérés grâce à l’enregistreur de vol (la première « boîte noire »)[1]. Il a décrit la conversation entre les deux pilotes comme étant « très calme, très décontractée » au début du vol qui reliait Barcelone à Düsseldorf.

Tout à coup, l’enregistrement indique qu’un des pilotes quitte le cockpit et ne peut y rentrer par la suite.

« Le gars qui est en dehors du cockpit cogne à la porte doucement et il n’y a pas de réponse », a dit l’enquêteur au New York Times. « Ensuite, il cogne plus fort et il n’y a toujours pas de réponse », dit-il.

« On ne sait toujours pas pourquoi un des gars a quitté la cabine », affirme le responsable qui a requis l’anonymat en raison de l’enquête en cours. « Mais ce qui est certain, c’est qu’à la toute fin du vol, l’autre pilote [dans le cockpit] est seul et il n’ouvre pas la porte », dit-il.

Aux ministères français de l’Intérieur et de la Défense, on déclarait jeudi n’avoir « aucune information » concernant les propos rapportés par le New York Times.

Plus tôt en journée, le Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) avait annoncé qu’il avait réussi à écouter le fichier audio de la boîte noire qui a enregistré les échanges dans le cockpit.

Le directeur du BEA, Rémi Jouty, avait cependant ajouté qu’il était « beaucoup trop tôt pour en tirer la moindre conclusion sur ce qui s’est passé ».

Les dernières hypothèses sur l’écrasement d’avion en France en compagnie du pilote et expert en aviation Jean Lapointe

Jean Lapointe, pilote et expert en aviation, affirme qu’il faut être prudent avec l’information rapportée par le New York Times et ne pas sauter aux conclusions.

« C’est toujours possible. Depuis le 11 septembre 2001, notre porte est blindée, bien verrouillée. Il faut espérer que lorsqu’on quitte, le pilote qui reste va nous ouvrir la porte. On n’a pas de clé », a affirmé M. Lapointe en entrevue à l’émission 24/60.

« C’est un peu le scénario du vol MH370 [de la Malaysia Airlines, qui est disparu entre Kuala Lumpur et Pékin,] où on a avancé le fait qu’un des deux pilotes avait enfermé l’autre pilote à l’extérieur de la cabine de pilotage », relate-t-il.

« C’est une hypothèse qu’il faut prendre avec un grain de sel parce que c’est évident que ça ne vient pas d’un responsable du BEA », tient-il à préciser.

« Chez Malaysian Airlines, jamais un pilote ne va se trouver seul dans la cabine de pilotage [depuis la tragédie du vol MH370] », souligne Jean Lapointe.

150 personnes ont perdu la vie dans l’écrasement du vol de Germanwings, mardi, dont une majorité d’Allemands et d’Espagnols. 

Les enquêteurs sont toujours sur les lieux de la tragédie, dans la région montagneuse de Seynes-les-Alpes, pour tenter, notamment, de récupérer la deuxième boîte noire qui contient les données de vol et tenter de résoudre le mystère entourant les causes de l’écrasement.

Un article Par TheTrendorialst

Céline Dion, émue et inquiète pour René : “J'ai peur de le perdre, c

jeudi 26 mars 2015 11:03

Céline Dion a fait son retour dans l’émission “Good Morning America” hier. La chanteuse, qui s’était absentée depuis l’été dernier pour se tenir au chevet de son mari, affecté par un cancer de la gorge, a fait des déclarations douloureuses…

Crédits photo : ABACA
De nouveau sur la scène du Caesars Palace de Las Vegas à partir du mois d’août, Céline Dion revient sur le devant de la scène après plusieurs mois passés dans l’ombre pour s’occuper de son mari, René Angelil. La chanteuse avait mis sa carrière entre parenthèses depuis l’été dernier pour l’épauler, alors qu’il se remettait doucement d’un cancer de la gorge diagnostiqué fin 2013.

Pour son comeback, Céline Dion a choisi l’émission “Good Morning America”[3], diffusée sur la chaîne de télévision américaine ABC. Face à la journaliste Deborah Roberts, elle s’est confiée sur l’état de santé de René tout en essayant de refréner ses émotions. Dans un premier extrait[4] diffusé en avant-première mardi, l’artiste a expliqué qu’elle était obligée de nourrir elle-même son époux : « Il ne peut pas utiliser sa bouche. Il ne peut pas manger. Il a une sonde d’alimentation. Je dois le nourrir trois fois par jour ». Des déclarations poignantes !

[1][2]

“Nous sommes effrayés à l’idée de leur expliquer”


Le reste de l’interview est tout aussi émouvant. Diffusée dans son intégralité, elle montre à quel point la chanteuse est courageuse en dépit de la situation difficile qu’elle traverse avec ses enfants. « Je pense vraiment que les enfants savent tout. Nous sommes effrayés à l’idée de leur expliquer les choses car nous avons peur, nous sommes inquiets. Je dis à mes enfants : “Vous voulez m’accompagner et m’aider à nourrir papa aujourd’hui… Vous voulez m’aider à gérer ? Vous voulez tenir l’eau ? Vous vous en sortez bien. Bon travail Nelson. Bon travail Eddy. Allez faites un bisou à papa » a-t-elle raconté, en se comparant à « un livre ouvert ».

Et malgré la pression qui devrait s’intensifier à mesure que les prochains concerts approcheront, Céline Dion garde le moral. « J’ai peur de le perdre parce que c’est assez mauvais. Mais je dois montrer à mon mari et mes enfants que je suis forte et que ça va aller » a-t-elle renchéri.

“Il avait besoin de mon soutien”


Pour Deborah Roberts, Céline se souvient également du choc qu’elle a vécu en apprenant que René Angelil était à nouveau affecté par un cancer, il y a un peu plus d’un an. « J’étais de retour dans ma loge [de l’émission “The Voice US” en 2013, ndlr] et j’ai vu qu’il avait l’air plutôt dévasté, en état de choc. Je me suis demandé ce qui n’allait pas. Il a dit : “Le médecin a appelé et j’ai encore le cancer”. À ce moment, honnêtement, mon cœur a commencé à s’accélérer mais mon corps s’est arrêté. Il avait besoin de mon soutien et je me suis dit : “Ok. Je vais aller chanter. Je vais aller mettre du maquillage et je vais chanter. J’ai chanté mais la réalité a commencé à reprendre le dessus. Cela m’a fait un choc » a-t-elle expliqué, en détail, précisant pour conclure que René sera dans la salle du Caesars Palace pour son grand retour le 27 août.

Regardez l’entretien de “Good Morning America” consacré à Céline Dion :

Jonathan HAMARD

Dans l’actu musicale Clips & vidéos

Céline Dion

Céline Dion

Céline Dion

Céline Dion

Céline Dion

References

  1. ^ Caesars Palace de Las Vegas (www.chartsinfrance.net)
  2. ^ carrière entre parenthèses (www.chartsinfrance.net)
  3. ^ “Good Morning America” (abcnews.go.com)
  4. ^ premier extrait (www.chartsinfrance.net)

Un article Par TheTrendorialst

Changement d'heure 2015 : l'heure d'été, c'est ce week-end, mais

Dans la nuit de samedi à dimanche, nous allons passer à l’heure d’été. Date du changement d’heure, sens des aiguilles à respecter, conséquences sur le lever et le coucher du soleil… Linternaute.com vous donne le mode d’emploi du changement d’heure.

[Mis à jour le 26/03/2015 à 21h28] Horloges, smartphones, coucous et montres… N’oubliez pas de les régler ce week-end ! Ce jeudi soir, il ne reste plus que quelques tours d’horloge avant le 40e passage à l’heure d’été, qui est également le premier changement d’heure 2015[1]. Quand a-t-il lieu exactement ? Dans la nuit de samedi 28 mars à dimanche 29 mars, répond le ministère de l’Ecologie, chargé de ces questions. Comme le précise la traditionnelle formule : dimanche, à 2 heures du matin, il sera 3 heures. Samedi soir ou dimanche matin, il faudra donc avancer les aiguilles de soixante minutes. Conséquence : nous allons perdre une heure de sommeil. Les amateurs de dîner sur les terrasses ou ceux qui sortent du travail un peu tard seront néanmoins très heureux de ce décalage. Car nous allons désormais bénéficier d’une heure de soleil supplémentaire en soirée. Par exemple, à Paris, le coucher du soleil[2] sera repoussé de 19h15 à 20h17 (les 2 minutes sont attibuées à l’allongement naturel du jour). Traditionnellement, c’est en effet les derniers week-ends de mars et d’octobre que s’effectuent ces transitions dans l’ensemble de l’Europe.

Et pourquoi devons-nous exécuter cette étrange manip’ ? Pour faire des économies d’énergies, assurent les tenants du changement d’heure. En effet, si la lumière du jour concorde mieux avec les heures d’activité humaine maximales, le coût en chauffage ou en électricité recule. Concrètement, on allume moins les lampes s’il fait jour de 20 heures à 21 heures que s’il fait jour de 5 heures à 6 heures du matin. Selon l’ADEME[3] (l’agence de conseil de l’Etat spécialisée dans les questions d’énergie), le changement d’heure permet d’économiser chaque année l’équivalent en électricité de la consommation d’une ville de 800 000 ménages. Il permet également de réduire les pointes de consommation d’électricité en début de soirée, qui est traditionnellement le moment où les installations (centrales, réseaux…) sont le plus sollicitées. Un chiffre vigoureusement contesté par l’Association Contre l’Heure d’Eté double (ACHED). Pour ce groupement de mécontents, qui réunit scientifiques et profanes, le passage aux ampoules basse consommation et la généralisation de la climatisation rendent caduc ce raisonnement inventé à l’époque du “tout pétrole”. 

Comment le changement d’heure s’est-il imposé ?

Le changement d’heure a été imaginé au XIXe siècle par un scientifique néo-zélandais, Georges Vernon Hudson, avant d’être appliquée pour la première fois pendant la Première guerre mondiale. D’abord en Allemagne et en Autriche-Hongrie, avant de gagner la France et la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. La mesure abandonné à la fin du conflit avant d’être rétablie entre 1940 et 1945. L’heure d’été a été “ressuscitée” pendant la crise pétrolière au milieu des années 1970. Au moment où l’on entend le fameux slogan “on n’a pas de pétrole, mais on a des idées” sur les ondes, le président de la République Valéry Giscard d’Estaing et le Premier ministre Jacques Chirac autorisent une première transition – en mars 1976 – semant la confusion chez les frontaliers. A l’époque, la Suisse ou la Belgique ne pratiquent pas ce saut sur leurs horloges et la circulation des trains et des avions en est perturbée. Depuis, l’ensemble des pays de l’Union européenne ont harmonisé les dates des changements d’heure[4]. De quoi graver ce cérémonial dans le marbre pour pas mal d’années…

Une mesure qui ne fait pas l’unanimité

Selon un sondage OpinionWay pour “Comprendre Choisir”, 19 % seulement des Français sont favorables au changement d’heure. D’autant que des questions se posent sur son impact sur la santé publique. Ses détracteurs l’accusent de provoquer perturbations du sommeil, dépressions ou de troubles cardiaques. Les études sur ce point demeurent pour l’instant contradictoires. Plus effrayant encore : le recul de la luminosité en automne serait responsable d’accidents de voiture impliquant des piétons. Ces chiffres sont là aussi sujets à caution. En attendant plus de preuves scientifiques, le retour à l’heure d’hiver (G.M.T. +1) est programmé pour le dernier week-end d’octobre 2015.

References

  1. ^ changement d’heure 2015 (www.linternaute.com)
  2. ^ coucher du soleil (www.linternaute.com)
  3. ^ ADEME (www.ademe.fr)
  4. ^ dates des changements d’heure (www.linternaute.com)

Un article Par TheTrendorialst

VIDÉO. One Direction sans Zayn Malik: les fans ont beaucoup pleuré, vraiment

MUSIQUE – Ces jeunes femmes vont avoir du mal à s’en remettre visiblement. Mercredi 25 mars, le boys band One Direction a annoncé une dure nouvelle à ses fans: le talentueux Zayn Malik, membre du groupe depuis 5 ans[1] a décidé de quitter ses quatre petits camarades.

Certaines fans, noyées par le chagrin, ont souhaité rendre hommage au jeune chanteur de 22 ans, notamment en utilisant le hashtag #alwaysinourheartszaynmalik sur les réseaux sociaux[2] (“Zayn Malik pour toujours dans nos coeurs”).

Sur le service de vidéo Vine notamment, de nombreuses jeunes femmes ont versé de grosses larmes devant l’objectif de leur smartphone, sans doute un peu exagérées?C’est à découvrir dans notre vidéo en tête d’article.[3]

Il n’y a pas eu que des larmes sur les réseaux sociaux. Ces dernières heures, il était également possible d’y lire les théories de certaines fans éperdues, qui se sont demandées si le nom du dernier album du boys band britannique, intitulé “Four” et sorti en 2014, n’était pas une prémonition, le signe que le groupe allait se séparer de l’un de ses membres[4] et passer du quintet au quartet. Mystère…

Lire aussi :

» Zayn Malik quitte One Direction[5]

» Ce membre des One Direction semble en avoir assez des selfies[6]

» Les fans des One Direction ont une peur: Le Petit Journal[7]

» Une vidéo des One Direction en train de fumer un joint crée la polémique[8]

» Pour suivre les dernières actualités en direct sur Le HuffPost, cliquez ici[9]

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook[10].

Un article Par TheTrendorialst

Céline Dion, en pleurs, parle des conséquences du cancer de René

Céline Dion a fait sa première sortie médiatique depuis des mois. Elle a accepté de se confier à la télévision américaine, le temps d’une interview. La chanteuse québécoise a parlé des conséquences du cancer de René sur ses enfants.

Si Céline Dion a annoncé son retour sur la scène du Caesars Palace de Las Vegas, elle a aussi décidé de se confier à la télévision américaine, et de parler du cancer de son époux, René Angelil. Dans l’émission ABC News, elle a notamment expliqué à quel point les enfants souffraient de la situation : “Je crois vraiment que les enfants comprennent tout, sans avoir besoin de demander. Et je crois aussi que nous, les parents, les adultes, nous essayons de mettre un frein à ce que nous avons peur de leur expliquer parce que nous avons peur… Parce que nous sommes inquiets”.[1][2][3]

Pourtant, elle a souligné l’importance qu’ils avaient pour elle, et le courage dont ils ont fait preuve durant ces derniers mois : “Si vous le dites aux enfants comme je l’ai fait avec les miens : ‘Voulez-vous venir m’aider à nourrir votre père aujourd’hui’, sans faire une montagne du tube pour le nourrir”.

Enfin, elle a expliqué que c’est son fils adolescent René-Charles, qu’elle surnomme R.C., qui souffre peut-être le plus de la situation, même s’il ne le montre pas : “J’ai beaucoup d’empathie pour mon aîné, René-Charles. Il n’en parle pas vraiment. Mais je suis sûr que c’est dur pour lui”.[4]

References

  1. ^ Céline Dion (www.closermag.fr)
  2. ^ la scène du Caesars Palace de Las Vegas (www.closermag.fr)
  3. ^ cancer de son époux, René Angelil (www.closermag.fr)
  4. ^ son fils adolescent René-Charles (www.closermag.fr)

Un article Par TheTrendorialst

Qui est Andreas Lubitz, le copilote qui a précipité l'A320 dans la montagne ?

VIDÉO – L’homme, dont la boîte noire a révélé qu’il avait volontairement provoqué la chute de l’Airbus A320, n’était pas répertorié comme terroriste, mais aurait fait une dépression en 2009.

De nationalité allemande, le jeune homme de 28 ans était sorti en 2013 du centre de formation pour pilote de la compagnie Lufthansa et faisait ses armes depuis dans sa filiale low cost Germanwings. Avec seulement une centaine d’heures de vol à son actif sur ce type d’appareil, l’homme «avait la capacité et était apte à conduire l’avion», d’après le procureur de Marseille, Brice Robin. Ce dernier a ajouté que «rien ne permet de dire» qu’il s’agit d’un attentat, Andreas Lubitz n’étant «pas répertorié comme terroriste».

La Lufthansa, maison mère de Germanwings, avait précisé plus tôt dans la matinée qu’Andreas Lubitz avait plus de 630 heures de vol cumulées au compteur. Lors d’un point presse ce jeudi matin, le directeur de la Lufthansa, Carsten Spohr, a admis qu’il n’y avait «pas le moindre indice» sur les raisons qui ont poussé le copilote à précipiter l’avion contre le sol. «Même dans nos pires cauchemars, nous n’aurions pas pu imaginer qu’une telle tragédie puisse arriver dans notre entreprise», a-t-il ajouté.

Le copilote n’a subi qu’un seul test psychologique

Interrogé sur la formation du jeune pilote, Carsten Spohr a indiqué qu’Andreas Lubitz avait entamé sa formation en 2008, avant de l’interrompre pour une période de «plusieurs mois». D’autres sources, présentées par le journal allemand Der Spiegel comme des amis du pilote, affirment que le jeune homme aurait subi un burn-out, ou aurait fait une dépression en 2009. Selon un journaliste du quotidien allemand, c’est cette raison qui l’aurait poussé à interrompre son cursus à la Lufthansa.

Un organe de presse régional allemand, la Passauer Neuen Presse[1], a aussi pu interroger un témoin. Celui-ci explique qu’Andreas Lubitz était «un dingue, il voulait absolument être pilote, mais il était instable psychologiquement. C’est pour cela qu’il a arrêté sa formation pendant plusieurs mois, en 2009», explique ce témoin anonyme. Le journal donne la parole à d’autres personnes, qui dépeignent le pilote comme un «obsédé» de l’aviation.

Le jeune homme n’avait en tout cas donné aucune explication à cette pause dans sa formation, mais avait été jugé capable «à 100% de piloter», a affirmé le directeur de la Lufthansa, sans ajouter de précisions. Le pilote aurait en outre suivi une formation au centre d’entraînement de la compagnie nationale allemande de Brême (Allemagne), avant de rejoindre les États-Unis afin de poursuivre son cursus à Phoenix, dans l’Arizona.

Sur le processus de recrutement des pilotes, Carsten Spohr s’est montré extrêmement ferme: «ceux qui nous connaissent savent que nous sélectionnons avec beaucoup, beaucoup d’attention nos pilotes». Avant d’ajouter qu’une place importante est accordée aux examens psychologiques dans la procédure de recrutement. Ces tests remonteraient donc à 2013 pour le copilote soupçonné d’avoir volontairement écrasé l’avion. Néanmoins, ces tests n’étant pas réguliers, Andreas Lubitz n’en a donc pas subi d’autres au cours de sa jeune carrière. «Il y a seulement des examens d’aptitude au commandement» qui sont effectués, si les pilotes veulent devenir commandant de bord, a précisé le directeur de la Lufthansa.

«Il avait atteint ce qu’il voulait atteindre»

RTL a pu joindre le club d’aviation d’Andreas Lubitz, le Luftsportclub Westerwald e.V, dont la fiche personnelle indique qu’il habitait le village de Montabaur, situé entre Francfort et Bonn. Il s’agit en fait de la maison familiale dans laquelle vivent ses parents. Les lieux sont aujourd’hui gardés par les forces de l’ordre. Basé sur l’aéroport de Düsseldorf, Andreas Lubitz disposait d’un pied à terre dans la capitale du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, selon la presse allemande[2].

Un membre de l’aéroclub, Peter Rucker, révèle qu’Andreas Lubitz «avait fait sa formation de vol ici, dans le club, depuis sa plus tendre jeunesse». Il le décrit comme «très calme et très précis». Joint par RTL, ce proche présente un «jeune homme tout à fait normal». «Il était très content d’avoir ce job. Il me semblait tout à fait satisfait et heureux. Il avait atteint ce qu’il voulait atteindre: de pilote amateur, il était passé pilote professionnel et il n’avait pas de problème», confie Peter Rucker, par ailleurs très dubitatif quant à la thèse du suicide[3]. «Je ne le crois pas capable d’une chose pareille», a-t-il précisé.

Une page Facebook totalement banale

Copilote du vol 4U9525, qui devait relier Barcelone à Düsseldorf, Andreas Lubitz a refusé d’ouvrir la porte du cockpit au pilote de l’appareil[4], momentanément sorti. «Il n’avait aucune raison d’empêcher le commandant de bord de revenir dans la cabine de pilotage» insiste Brice Robin, le procureur de Marseille. Catégorique, il affirme par ailleurs qu’Andreas Lubitz «a volontairement provoqué la chute de l’avion» en actionnant un bouton qui permet de faire chuter l’altitude de l’appareil. De quoi assimiler son attitude à «une volonté de détruire l’avion».

Capture d'écran de la page Facebook d'Andreas Lubitz

Capture d’écran de la page Facebook d’Andreas Lubitz

Une capture d’écran de ce qui est présenté comme la page Facebook du jeune pilote a été diffusée dès que son nom a été rendu public. Elle montre le jeune homme en train de poser devant le Golden Gate Bridge de San Francisco (États-Unis), et une autre photo représentant Time Square, un quartier emblématique de New York.

Le reste des informations disponibles sur cette capture d’écran ne donne aucun indice sur la psychologie d’Andreas Lubitz, ni sur une volonté de passer à l’acte. On ne peut rien y voir de plus que les goûts musicaux du pilote, orientés vers la musique pop. Des liens renvoyaient également vers des pages liées au monde de l’aviation, notamment consacrées à l’Airbus A320[5], au centre Lufthansa de Brême ou encore à l’aéroport Goodyear de Phoenix[6], deux lieux où le pilote s’était entraîné.

Cette page n’est plus visible à l’heure actuelle, mais une multitude de faux comptes reprenant la photo de profil du pilote ont été créés.

References

  1. ^ la Passauer Neuen Presse (www.pnp.de)
  2. ^ selon la presse allemande (www.focus.de)
  3. ^ la thèse du suicide (www.lefigaro.fr)
  4. ^ Andreas Lubitz a refusé d’ouvrir la porte du cockpit au pilote de l’appareil (www.lefigaro.fr)
  5. ^ Airbus A320 (www.facebook.com)
  6. ^ Goodyear de Phoenix (www.facebook.com)

Un article Par TheTrendorialst

Andreas Lubitz avait «toujours rêvé d'être pilote»

L’analyse d’une partie des données de la boîte noire de l’A320 de Germanwings qui s’est écrasé mardi avec 150 personnes à bord[1] révèle que le copilote a volontairement «actionné la descente de l’appareil». Andreas Lubitz, dont l’identité à été confirmée par le procureur de Marseille, Brice Robin, avait été engagé «en septembre 2013» comme copilote sur la Germanwings, et comptait 630 heures de vol.

Le ministre allemand de l’Intérieur, Thomas De Maizière, a assuré ce jeudi qu’il n’y avait «pas d’indice d’un contexte terroriste» chez Lubitz : «Concernant le copilote, en l’état actuel des connaissances, après le recoupement des informations dont nous disposons sur lui en tant que personne, il n’y a pas de contexte terroriste», a-t-il déclaré, confirmant des informations du procureur français chargé du dossier, lors d’un point presse à Berlin.

De nationalité allemande, Andreas Lubitz était résident de Montabaur, en Rhénanie-Palatinat, dans l’ouest de l’Allemagne. Selon une information de l’agence de presse allemande Deutsche Presse-Agentur, Lubitz vivait avec ses parents à Montabaur, mais il avait également une résidence à Düsseldorf, destination du vol de mardi.

En septembre 2013, Lubitz avait été distingué par la Federal Aviation Administration (FAA) américaine, selon le site Aviation Business Gazette[2]. D’après la FAA, il ne souffrait pas de «troubles de la personnalité assez sévères pour s’être manifestés à travers des actes». Selon le Wall Street Journal[3], Lubitz, 28 ans, était membre du club d’aviation LSC Westerwald.

«C’était un type complètement normal», a déclaré Klaus Radke, qui dirige le club d’aviation. «Je l’ai connu, ou disons plutôt que j’ai renoué avec lui, qui était très gentil, drôle et poli,» a-t-il encore dit à Reuters. «Il avait beaucoup d’amis, ce n’était pas un solitaire,» a ajouté Peter Ruecker, un membre du club qui connaissait Andreas Lubitz de longue date. «Il était intégré au groupe. Notre club est principalement fréquenté par des jeunes qui apprennent à diriger des planeurs et obtiennent ensuite leur licence, et peut-être après, comme c’était son cas, font le grand saut dans l’aviation commerciale.»[4]

Selon le PDG de Lufthansa, Andreas Lubitz «a réussi tous les tests médicaux, tous les examens techniques et de contrôle, il était 100% apte à piloter un avion. Ses capacités techniques étaient excellentes, sans exception». Il avait été formé dans une école de vol de la Lufthansa, à Brême, et à Phoenix, dans l’Arizona (Etats-Unis). Le PDG de Lufthansa a précisé qu’«il y a six ans, Lubitz a[vait] arrêté quelques mois sa formation –mais ce n’est pas inhabituel chez nous. Il a[vait] ensuite repassé tous les tests après cette interruption».[5]

«C’était un gentil garçon», a aussi témoigné à la Frankfurter Allgemeine Zeitung [6]la mère d’une de ses camarades de classe. «Il venait d’une bonne famille». Il y a plusieurs mois, il avait confié à cette amie avoir eu besoin de prendre un peu de temps loin de sa formation, supposément à cause d’un burnout ou une dépression. Elle l’avait revu un peu avant Noël et lui avait trouvé un comportement tout à fait normal. A l’école de la Lufthansa de Brême où il s’est formé, on confirme qu’il avait interrompu sa formation quelques temps, avant de la reprendre normalement. Le jeune homme, dont les parents habitaient à quelques centaines de mètre d’un aérodrome, «a toujours rêvé d’être pilote» et a travaillé très dur pour y arriver, selon une voisine qui s’est confiée à la FAZ.

LIBERATION[7]

References

  1. ^ s’est écrasé mardi avec 150 personnes à bord (www.liberation.fr)
  2. ^ selon le site Aviation Business Gazette (aviation-business-gazette.com)
  3. ^ Wall Street Journal (www.wsj.com)
  4. ^ a-t-il encore dit à Reuters (mobile.reuters.com)
  5. ^ une école de vol (www.lufthansa-flight-training.com)
  6. ^ Frankfurter Allgemeine Zeitung (www.faz.net)
  7. ^ LIBERATION (www.liberation.fr)

Un article Par TheTrendorialst

Crash d'un avion A320: Que sait-on des deux pilotes de

ECLAIRAGE L’un des deux pilotes était coincé en dehors du cockpit au moment du crash de l’A320 de la Germanwings…

Photo des lieux du crash de l'A320 de Germanwings dans les Alpes, le 25 mars 2015. Photo des lieux du crash de l’A320 de Germanwings dans les Alpes, le 25 mars 2015. – F. Balsamo – Gendarmerie nationale

Vincent Vantighem et M.P.

Un suicide, un attentat… Si plusieurs scénarios sont encore possibles, l’enquête va nécessairement se centrer sur eux. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le New-York Times a révélé qu’un des deux pilotes était coincé en dehors du cockpit[1] au moment du crash de l’A320 de la Germanwings. Une information confirmée par le parquet de Marseille ce jeudi, à la mi-journée, lors d’une conférence de presse où de nombreux détails sur les dernières minutes ont été révélées[2].

>> Suivez en direct les événements de ce jeudi[3]

De quoi remettre sur le devant de la scène les thèses du suicide du pilote, d’un attentat suicide ou d’un malaise.[4] 20 Minutes fait le point sur les informations dont on dispose sur l’équipage du vol de la Germanwings.

Pourquoi l’un des deux pilotes était hors du cockpit?

C’est l’analyse de la boîte noire qui a permis d’avoir cette information.[5] «Au début du vol, on entend l’équipage parler normalement puis on entend le bruit d’un des sièges qui recule, une porte qui s’ouvre et se referme, des bruits indiquant qu’on retape à la porte et il n’y a plus de conversation à ce moment-là jusqu’au crash», a indiqué cette source dans la nuit de mercredi à jeudi. 

Le procureur de Marseille a confirmé à la mi-journée l’information du NYT: le pilote est bien sorti du cockpit, le copilote était seul aux commandes et il a volontairement empêché le pilote de rentrer dans le cockpit, un pilote qui a tout fait pour y pénétrer, en vain.

Que sait-on du pilote?

La Lufthansa, maison mère de la Germanwings[6], n’a pas voulu communiquer ni son identité, ni sa nationalité. Mais on sait qu’il parlait allemand avec son coéquipier. La compagnie a toutefois indiqué qu’il avait «plus de dix ans d’expérience» et «plus de 6.000 heures de vol». Il s’agirait d’un Allemand, Patrick S., selon le quotidien allemand Bild. Il aurait deux enfants. Interrogé par Europe 1[7], Dieter, un ancien collègue du commandant de bord décédé dans le crash de l’avion, évoque un  pilote «très expérimenté»: «C’était quelqu’un de très sérieux, c’était l’un des meilleurs pilotes que nous avions. Je suis sûr à 100% qu’ils ont fait du mieux qu’ils ont pu, c’est ce que je pense parce que je le connaissais très bien». Dieter décrit également le commandant de bord disparu comme «un homme très bon, gentil avec de l’humour aussi».

Que sait-on du copilote?

Black out de la compagnie concernant l’identité de cet homme. Il avait beaucoup moins d’expérience que le pilote puisqu’il «comptait 630 heures de vol», selon la Lufthansa, ce qui en fait un pilote débutant. Il avait été embauché en septembre 2013. D’après le Bild, toujours, ce copilote allemand se nomme Andreas, il est originaire de Montabaur (dans le Rheinland-Pfalz), habiterait toujours chez ses parents et aurait été formé comme pilote à Brême. Le procureur de Marseille a confirmé que le copilote  se nomme Andreas Lubitz et était âgé de 28 ans.

Il aurait tenu une conversation «enjouée» avec le commandant de bord puis est devenu plus «laconique» quand le pilote a parlé du futur atterrissage à Düsseldorf. C’est lui qui «volontairement» a actionné la descente de l’avion, et jusqu’au bout, la boîte noire a enregistré son souffle, ce qui écarterait la piste du malaise. En tout cas, «l’environnement du copilote» devient la priorité de l’enquête, selon le procureur de Marseille. Et sa religion? «Je ne connais pas sa religion mais je ne pense pas que ce soit forcément de ce côté là qu’il faut chercher», a précisé le procureur de Marseille.

Est-ce normal qu’il quitte la cabine?

Oui, cela peut arriver que le pilote ou le copilote quitte quelques instants la cabine de vol pour toute une série de raisons.[8] Seulement, dans ce cas de figure, il doit normalement être toujours remplacé par un membre de l’équipage afin de permettre au pilote de n’être pas «totalement» seul aux commandes. Ce qui ne semble pas s’être passé.

Peut-on rentrer de l’extérieur dans la cabine?

Normalement oui. Sauf que depuis les attentats du 11 septembre à New-York (Etats-Unis), les conditions de sécurité ont été renforcées. Si le pilote à l’intérieur de la cabine verrouille la porte, il n’y a aucun moyen de rentrer de l’extérieur, les portes étant blindées. Normalement, les pilotes et copilotes disposent d’un code pour ouvrir la porte mais là, il semblerait que la personne qui était dans le cockpit ait bloqué l’entrée.

Pour tout savoir sur la manière dont on rentre, sort et bloque l’entrée d’un cockpit, c’est par ici.[9]

Quelles sont les thèses qui circulent?

Au regard de dernières informations, il en reste deux prioritaires: il pourrait s’agir d’un suicide du pilote qui aurait entraîné dans sa mort les 149 personnes qu’il embarquait ou même d’un attentat-suicide. 

Un article Par TheTrendorialst

Emma de Caunes se confie sur son César en 1998 : ''J'ai joué avec

Emma de Caunes est aujourd’hui une actrice reconnue par le milieu et a réussi à s’imposer grâce à son talent. Fille d’Antoine de Caunes[1] et de Gaëlle Royer, Emma de Caunes a le cinéma dans le sang. Le public l’a découverte il y a une vingtaine d’années dans une publicité pour le chocolat Crunch, puis elle se fait remarquer pour sa performance dans le film ”Un frère”, pour lequel elle a reçu le César du meilleur espoir féminin à seulement 22 ans. Cette récompense, l’actrice ne l’attendait pas et cela a totalement chamboulé sa vie : ”Ce César a engendré un tourbillon dans lequel je me suis perdue. Les propositions affluaient, je me sentais acceptée dans ce milieu pour toujours”.

Ce prix a permis à Emma de Caunes de lancer sa carrière[2], et la jeune femme s’est retrouvée à l’époque avec de nombreuses propositions de films. Pourtant, si ses parents lui ont conseillé de se méfier du milieu, la jeune femme n’en a fait qu’à sa tête :”Mes parents me disaient de faire attention. Mais j’ai continué à sortir, à jouer avec le feu. Jusqu’à ce que je me brûle”.

Emma de Caunes est aujourd’hui une femme comblée. Mariée depuis 2011 avec le dessinateur et membre fondateur du groupe Gorillaz, Jamie Hewlett[3], elle a d’ailleurs confié récemment qu’elle ne pensait pas retrouver un jour l’amour : ”J’étais foutue avant d’aimer. Depuis que j’aime, je me sens renaitre. Ma précédente relation m’avait vraiment abimée”, la jeune femme n’a toutefois pas dit de quelle relation elle parlait, restant très discrète sur sa vie privée.

Emma de Caunes sera bientôt à l’affiche du film ”Les châteaux de sable” dans lequel elle incarne Eléonore, une jeune femme chargée de vendre la maison de son père récemment décédé. Ne se sentant pas capable de le faire seule, elle demandera à son ex de l’accompagner pour l’aider le temps d’un week-end. 

Un article Par TheTrendorialst

Emma de Caunes : “Après mon César, je me suis perdue”

Interrogée dans VSD, Emma de Caunes raconte comment elle a totalement perdu pied après avoir remporté le César du meilleur espoir féminin alors qu’elle n’avait que 22 ans.

Emma de Caunes[1] n’avait que 22 ans lorsqu’elle a reçu le César du meilleur espoir féminin pour son rôle dans Un frère en 1998. Une récompense inattendue qui a totalement chamboulé la vie de la jeune comédienne, comme elle l’explique cette semaine dans VSD à l’occasion de la sortie Les Châteaux de sable, en salles le 1er avril. “Ce César a engendré un tourbillon dans lequel je me suis perdue”, confie la fille d’Antoine de Caunes[2], aujourd’hui âgée de 38 ans.

Si ce prix marquerait le début d’une belle carrière pour la jeune femme, elle s’est retrouvée à l’époque submergée, croulant sous les propositions… De quoi prendre la grosse tête ? “Les propositions affluaient, je me sentais acceptée dans ce milieu pour toujours”, raconte Emma de Caunes. Ses parents ont eu beau lui conseiller de se méfier, elle n’en à fait qu’à sa tête… Car dans ce métier, le vent tourne vite ! “Mes parents me disaient de faire attention. Mais j’ai continué à sortir, à jouer avec le feu. Jusqu’à ce que je me brûle”, se souvient l’actrice, sans toutefois donner plus de précisions… Malgré l’insouciance de ses débuts, Emma de Caunes semble aujourd’hui s’être bel et bien assagie… mais elle n’a rien perdu de sa détermination !

References

  1. ^ Emma de Caunes (www.closermag.fr)
  2. ^ Antoine de Caunes (www.closermag.fr)

Un article Par TheTrendorialst

«Dropped»: La ville de Nice a dit adieu à Camille Muffat

HOMMAGE Les obsèques de la championne, tuée dans un accident d’hélicoptères, étaient célébrées ce mercredi dans sa ville…

Fabien Binacchi

Sa ville lui a rendu un tout dernier hommage. Famille, amis, champions de natation, comme elle, étaient réunis ce mercredi à Nice pour les obsèques de Camille Muffat, décédée à l’âge de 25 ans. Une cérémonie retransmise via des haut-parleurs à l’extérieur de l’église Saint-Jean-Baptise-Le-Voeu, où s’étaient massés près de 200 Niçois, malgré quelques gouttes de pluie.

Le préfet des Alpes-Maritimes Adolphe Colrat, le maire de Nice Christian Estrosi, le nageur Yannick Agnel ou encore l’agent de Camille Muffat, Sophie Kamoun, saluant le cortège funéraire devant l’église Saint-Jean-Baptiste-Le-Voeu – F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

«Tu m’as transmis ta force, ta soif de victoire. Aujourd’hui, j’ai besoin de toi et tu n’es pas là. “Cam”, une étoile de plus veille sur moi», a dit en larmes la nageuse Charlotte Bonnet, «sœur de cœur» de la championne niçoise, tuée le 9 mars dernier dans un accident d’hélicoptères en Argentine[1]. La ville de Nice rebaptisera à son nom le bassin olympique, construit à l’Est de la ville dernièrement, ainsi qu’une allée en son honneur.

Nice: Le bassin olympique prendra le nom de Camille Muffat[2]

Les nageurs Alain Bernard, également en Amérique du Sud au moment des faits[3], Laure Manaudo, Coralie Balmy ou encore Yannick Agnel, ancien licencié de l’Olympic Nice natation, étaient également présents. Comme l’ancien entraîneur de Camille Muffat, Fabrice Pellerin, avec qui elle avait obtenu trois médailles au Jeux olympiques de Londres, le motard David Casteu ou le footballeur de l’OGC Nice Alexy Bosetti.

Un message vidéo du comédien François Damiens, que Camille Muffat «adorait», selon son compagnon William, a aussi été diffusé pendant la cérémonie, également marquée par les discours du maire UMP de Nice, Christian Estrosi, et des membres de la famille de la championne.

Le cercueil blanc emportant Camille Muffat est ressorti de l’église sous les applaudissements des 200 Niçois présents à l’extérieur du bâtiment – F. Binacchi / ANP / 20 Minutes

Son père, Guy Muffat, a rappelé «l’enfant timide» qu’elle était. «Ensuite, tu es devenue une sportive consciente de sa force, a-t-il dit. Puis une femme curieuse de tout, prête à l’aventure.» Cette aventure qui lui aura finalement été fatale. C’est lors du tournage de Dropped, une émission de télévision commandée par TF1 et dans laquelle des sportifs devaient disputer des épreuves dans la nature[4], que la championne a trouvé la mort.

Neuf autres personnes sont également décédées dans l’accident, dont le boxeur Alexis Vastine, qui sera inhumé ce mercredi après-midi à Pont-Audemer, dans l’Eure, et Florence Arthaud. Les obsèques de la navigatrice seront célébrées le 30 mars à Paris. Ses cendres reposeront ensuite dans le cimetière communal de l’île Sainte-Marguerite, au large de Cannes.

Un article Par TheTrendorialst